26_Thomas_Barrière.JPG
26_Thomas_Barrière.JPG

press to zoom
26_Thomas_Barrière.JPG
26_Thomas_Barrière.JPG

press to zoom
1/1

Thomas Barrière commence la guitare en autodidacte puis se forme en jazz, en M.A.O. et en musiques actuelles dans la formation professionnelle Pro-Musica au Thor (84). Lauréat du 1er European Music Training Circuit, déteneur du D.E.M. musiques actuelles et du certificat de la F.N.E.I.J.M.A. en guitare jazz, il se tourne parallèlement vers les musiques concrètes, expérimentales et improvisées. Véritable sculpteur sonore, sa démarche est de détourner son instrument principal par l’utilisation d’objets, d’électronique et de créer des musiques à partir des objets eux-mêmes (captation par piezzos sur caddie, cage à oiseaux, machine à laver...). Improvisateur décomplexé pouvant passer du pur expérimental à une pop éthérée, il se produit en solo et dans diverses formations aux esthétiques très variées. On a pu le voir jouer aux côtés d’artistes aussi différents qu’Emilie Lesbros, Anne Le Batard, Philippe Renault, Fred Giuliani, Emmanuel Cremer, Gustavo Miranda, Sébastien Appert, Sky de Sella... Compositeur et interprète très actif pour le spectacle vivant, il travaille avec différentes compagnies dont le Cirque Trottola et en duo avec Bastien Pelenc au sein de Algecow et le Bruit du Sfumato.

 

"Thomas Barrière fait parti de ces musiciens dont l’univers sonore allie geste rythmique et acte mélodique dans une complémentarité indispensable au devenir des musiques actuelles."


Philippe Renault, musicien et directeur,

coordinateur de la classe de jazz de Marseille.

 

Thomas Barrière

 

 

Bastien Pelenc & Thomas Barrière

Algecow

 

L’appellation évoque un univers en chantier, interzone de friches vipérines, où poussent l’euphorbe vivace et la construction modulaire aux senteurs migratoires et transit saturnien. On sait que l’euphorbe produit du latex, un lait toxique. Algecow serait de même essence, du même grain issu — antidote de la musique aseptisée. Mais c’est aussi ce suc s’écoulant des mamelles de la vache, ou de la semence
pulsée du taureau blanc Apis.
Algecow est un produit de ferme industrielle déréglementée désirant farouchement retourner à la vie sauvage, un produit d’hybridation «alchimérique», porteur d’une énergie chamanico-cataleptique. Toujours prêt à la bigarrure, les deux bonshommes, la tête dans le bidon, gardent un air d’enfance «fanfaraonique», extrait à volonté de leur mine de fer aimanté. Off limits. Revenus de l’âge de pierre, ils font tourner leur meule à aiguiser et apportent avec eux le chant d’algue frappée, des accords de croupe délicieusement fouettée, une langue verte qui marie le bon du bond, l’abrupt et le tonitruant. Archaïque autant qu’arcadienne, la musique d’Algecow réveille en nous les bruits de la forêt primordiale : elle a la beauté évidente du veau marin par nature élevé sous la mer, du blues pur coton, mais conjuguant l’apport de matières synthétiques de claviers intempérants et rythmes épicés dépassant allègrement la mesure. Addobbo ! Votre lièvre précieux adoube illico les derviches d’Algecow, Thomas Barrière et Bastien Pelenc, deux fiers chevaliers de la Fable ronde.

 

Rémy Leboissetier